Tag

Coaching d’équipe

Browsing

Après quatre jours intensifs de formation en LEGO® SERIOUS PLAY®, ma vision de l’animation d’ateliers d’équipe a radicalement évolué !

La méthode LEGO ® SERIOUS PLAY ® fait partie de ces expériences qu’il faut vivre pour en comprendre toute la portée.

Lancée au Danemark en 2001 par Robert Rasmussen, cette méthode s’appuie sur la puissance du «  Savoir par les mains ».

Nos mains sont connectées à 70 – 80% avec nos cellules cérébrales.

Grâce aux neurosciences, nous savons que nos mains sont connectées à 70 – 80% avec nos cellules cérébrales. Ainsi, si notre cerveau reste limité dans le nombre d’informations qu’il peut traiter en même temps de façon consciente, nous savons en fait bien plus que ce que nous croyons savoir, quand nous mettons à contribution toutes les connexions neuronales présentes dans nos mains !

Quand on utilise ses mains pour apprendre, un processus complexe s’amorce et génère une intense charge émotionnelle, nous entrons alors dans un état de flow (voir article http://www.happyjobandlife.com/livresse-du-flow/) qui permet une grande concentration et le lâcher prise. Non seulement les idées et les réflexions que nous construisons avec nos mains deviennent plus explicites, mais celles-ci deviennent plus faciles à comprendre et à se remémorer.

Tous les participants sont sur un même pied d’égalité.

Une autre grande valeur véhiculée par la méthode réside dans le fait que tous les individus composant l’équipe, quelque soit leur niveau hiérarchique dans l’entreprise sont tous placés au même niveau les uns des autres ; sur un même pieds d’égalité. La créativité et les explications de chacun sont écoutées sans jugement par tous. Les participants gagnent en clarté et en compréhension sur l’identité et la dynamique de leur organisation. Chacun est légitime dans la prise de décision globale.

LEGO® SERIOUS PLAY® pour résoudre des problèmes complexes.

La force de la méthode LEGO® SERIOUS PLAY® est de pouvoir résoudre des questions complexes où chaque membre de l’équipe apportera des réponses différentes et toutes valables pour parvenir ensuite à une réponse collective.

Dans LEGO® SERIOUS PLAY® il y a le mot sérieux ! Ce qui, de prime abord, peut faire sourire, permet aussi de prendre des décisions stratégiques. De grands groupes et multi nationales ont déjà fait confiance à la méthode comme Google, Airbus, la Société Générale ou la MACIF, entre autres.

Ces grandes entreprises ont compris qu’il fallait aller au-delà de la description orale de l’idée : la construire et la visualiser aide à la compréhension, la représentation et à la mise en place.

Quelque soit la taille de l’entreprise, le dirigeant ou le manager qui souhaite utiliser la méthode LEGO ® SERIOUS PLAY ® est tourné vers l’engagement maximum de son équipe. La méthode permet de mobiliser 100% de l’attention et de la participation de chaque participant. Et vous ? Etes-vous prêts ?

Le coaching d‘équipe consiste à accompagner une équipe dans l’apprentissage et le développement de ses performances collectives. Avoir de bonnes relations et partager des valeurs communes n’est pas suffisant, c’est le fait de bien ou mieux fonctionner ensemble pour atteindre un objectif commun qui est visé.

Le team building traite de la motivation collective et de l’engagement. Il renforce la cohésion et appréhende les notions de compréhension mutuelle, de valeurs collectives et d’appartenance orientées vers un objectif commun. Le team building ne peut intervenir qu’à partir du moment où une équipe existe réellement avec ses propres modes de fonctionnement, et avec des liens réels et puissants entre les individus qui la composent.

Alors que devez-vous choisir ?

Devez-vous développer la performance collective ou renforcer la motivation de votre équipe ?

Avant de faire ce choix, vous devez essayer de positionner le niveau de cohésion de votre équipe en vous posant les questions suivantes :

  • Mon équipe a-t-elle une vision et un objectif communs ?
  • Les individus constituant mon équipe sont ils-soudés ou bien chacun avance-t-il pour soi ?
  • La devise de mon équipe est-elle « Un pour tous et tous pour un ! » ou plutôt « Chacun pour soi ! » ?

Souvent, en tant que dirigeant ou manager, vous avez la réponse à ces questions. Vous savez intuitivement où se positionne le curseur sur l‘échelle de constitution de votre équipe.

C’est uniquement en vous basant sur le niveau d’engagement de l’équipe au complet que vous devez choisir un team coaching ou un team building.

Le choix d’un team building pour une équipe composée d’individualités sans cohésion préalable serait une très mauvaise idée car il ne serait pas compris, rendrait les collaborateurs mal à l’aise et aurait un effet contraire à celui recherché.

Dans ce cas, il faudra faire appel à un coaching d’équipe pour aider chaque individu à développer, pas-à-pas, son sentiment d’appartenance au groupe.

Si, en revanche, le groupe est déjà soudé, l’ambiance générale est très bonne entre les individus, vous pouvez vous lancer dans un team building qui donnera une nouvelle dynamique à l’équipe qui sera prête à se lancer dans de nouveaux défis avec une cohésion et une motivation renforcée.

Le team building est un type d’atelier du team coaching et il peut avoir différentes formes : séminaire, voyage, événement sportif, challenge…

Menés par des entreprises spécialisées ou par des coaches, le team building utilise des méthodes et les outils très variés.

Le team building est puissant et nécessaire. En faire l’économie est une erreur : il est important de sortir l’équipe de son quotidien et de la rassembler dans une ou des activités communes qui vont la galvaniser, l’aider à pousser ses limites et, au global, faire en sorte que tous ses membres en repartent plus forts et plus unis, au bénéfice de l’entreprise.

Alors team building ou team coaching : à vous de faire le bon choix !

Photo by Margarida CSilva on Unsplash

Ils ont l’idée du siècle, la recette miracle qui va changer nos vies, ils sont à bloc et super motivés… Même si certains prennent le temps de la réflexion avant de se lancer, il y en a qui foncent tête baissée dans l’aventure. Certains réussissent très vite, d’autres pivotent plusieurs fois avant d’y arriver, d’autres encore échouent et ils sont majoritaires, 80% des entreprises ne survivent pas et ferment leurs portes 18 mois seulement après leur création.

Trois situations où le coaching est plus que souhaitable, car quelle qu’elle soit, chacune de ces situations induit des changements importants dans la vie de celui qui les subit. En bien ou en mal, il faut pouvoir encaisser et cela n’est pas à la portée de tout le monde. 10 à 20% des startuppers présenteraient des signes de « pré-burn out ». Souvent absorbés dans et par leur projet ils en oublient l’essentiel.

Situation N°1 : la startup est lancée et elle prend rapidement de l’ampleur.

Le ou les fondateurs sont galvanisés par la réussite. Ils ne comptent plus leurs heures passées à travailler, ils vivent et respirent pour leur projet. Ils lèvent des fonds et l’équipe de départ devient vite un lointain souvenir. Ils grossissent de façon exponentielle. Partis à 4 ou 5, ils sont 20 au bout d’un an puis 100 à la fin de la deuxième année.

Quand ils se retournent sur le chemin parcouru, ils font le constat des changements vécus et se posent des questions sur ce qui a changé depuis le début et ce qu’il va advenir dans les mois et les années à venir si la société continue de croitre. Quoi qu’il arrive et quelle que soit la personnalité des fondateurs, tous vivent un changement spectaculaire car c’est tout le système de départ qui est impacté : l’ambiance, les relations humaines, la taille des bureaux, le management, le pression de la réussite…

Comment résister aux changements imposés, savoir les vivre au mieux et en profiter pleinement ?

Situation N°2 : la startup a du mal à décoller et pivotent plusieurs fois.

Le premier projet ne fonctionne pas, il n’y a pas de marché, les banques boudent, alors les créateurs pivotent, changent de projet, imaginent un autre concept et recommencent plusieurs fois.

Ce genre de situation peut s’éterniser et durer des mois pour enfin tomber juste ou alors échouer.

Ceux qui vivent cette situation soufflent le chaud et le froid. Ils passent par toutes les émotions : l’euphorie quand ils croient tenir la solution, la désillusion quand ils constatent que cela ne marche pas, l’espoir de repartir sur un nouveau projet… Les montagnes russes émotionnelles disent certains.

Comme les précédents, ceux qui vivent cette situation travaillent sans compter, mais ont souvent l’impression d’avoir utilisé leur énergie pour rien et en retirent frustration et démotivation.

Comment retrouver l’envie de recommencer quand on sait que l’on peut encore rater ?

Situation N°3 : le projet échoue et la startup est liquidée.

C’est le pire mais c’est aussi le plus fréquent. Après y avoir cru et avoir tout donné pour son projet et sa startup, le couperet tombe : il faut arrêter.

Entre eux, les individus concernés ont souvent lié des liens très forts dans l’équipe, ils ont consacré beaucoup de temps et d’énergie à leur startup, ils se sont projetés et se retrouvent face à l’échec.

Comment rebondir et retrouver le dynamisme pour construire quelque chose de nouveau, aller de l’avant et tourner la page ?

Individuellement ou en équipe, le coaching permet d’aller de l’avant et de profiter pleinement de son expérience vécue.

En situation de réussite ou d’échec, suivre un processus de coaching devrait faire partie du parcours de tout entrepreneur et à fortiori de tout startupper. L’accompagnement du coach l’aidera à prendre du recul sur son projet, à se poser les bonnes questions et à surmonter et assumer les changements et les transitions qu’il aura à vivre.

Les équipes qui grossissent très vite devraient aussi pouvoir bénéficier d’un coaching de groupe pour être prêtes à accueillir de nouveaux collaborateurs et à mieux appréhender les chamboulements humains et organisationnels que cela implique.

Individuellement ou en équipe, le coaching permet d’aller de l’avant et de profiter pleinement de son expérience vécue.

Pour en savoir plus 

Tout le monde le sait : à plusieurs on est plus forts !

Le coaching d’équipe va jouer sur les synergies et les complémentarités des individus la composant et va développer la capacité de chacun des individus à travailler ensemble.

Le coaching d’équipe va fortement accroitre la créativité du groupe dans la mise en œuvre de solutions.

Le coaching d’équipe va générer une meilleure cohésion de groupe et une meilleure connaissance et compréhension de son fonctionnement au bénéfice de son efficacité globale face à tout type de situations.

Coaching d’équipe ou team building ?

Le team building n’est autre qu’un atelier du coaching d’équipe. Il ne peut avoir lieu qu’à partir du moment où il existe déjà une « véritable équipe ». Le team building va renforcer la cohésion et la solidarité entre les individus et mettre en mouvement la force du collectif. En clair, le team building ne peut que renforcer ce qui existe déjà de façon latente.

Le coaching d’équipe, quant à lui, va construire l’équipe et passer d’un groupe formé d’individualités à un groupe soudé : l’équipe.

Dans un processus de coaching d’équipe, le groupe va passer par différents stades :

  • le stade de latence : le groupe n’est composé que d’individualités, sans cohésion, où chacun travaille pour lui en fonction de son expertise sans empiéter sur le territoire d’autrui.
  • Le stade d’appartenance : les individus commencent à avoir un sentiment d’appartenance au groupe.
  • Le stade d’équipe : le groupe est plus soudé, suit un objectif commun. L’équipe fait évoluer son cadre et interagît en réseau.
  • Le stade d’action : la coopération est très forte et l’équipe se met en action de façon qualitative.
  • Le stade d’intelligence collective : le fonctionnement du groupe atteint le niveau d’excellence, et c’est l’intelligence collective du groupe qui opère.

Le rôle du coach est d’accompagner le groupe jusqu’au stade d’intelligence collective, quel que soit son stade de départ.

La boite à outil du coach est grande et adaptée. La première phase préalable à tout processus de coaching d’équipe est une phase d’observation. Le coach utilise un cadran d’observation pour avoir un point de vu complet et global du fonctionnement du groupe de départ, des individualités, des jeux de pouvoirs, des interactions entre les membres, de l’engagement des uns et des autres…

C’est à partir de ce constat qu’il bâtît sa stratégie d’accompagnement et qu’il sera en mesure de proposer un coaching d’équipe ou un team building.

Si les problématiques liées aux équipes sont multiples dans les entreprises, les bénéfices d’un coaching le sont tout autant.

L’arrivée d’une nouvelle tête dans un CODIR, le manque de communication dans une équipe, la perte de motivation du groupe, la construction d’une vision commune sont des exemples de problématiques qui peuvent être abordées par le coaching d’équipe. Les enjeux liés à chacune de ces situations sont grands et sont souvent insolubles sans une intervention extérieure.

Les résultats d’un coaching d’équipe dépassent souvent les attentes du ou des demandeurs dans ce qui a été produit dans les ateliers de travail : la grande richesse des échanges, l’effet « bien-être » sur l’ensemble des collaborateurs, le gain de temps dans la prise de décision et dans la mise en action du groupe…

Le coaching d’équipe donne une nouvelle impulsion aux équipes et c’est toute l’entreprise qui en retire les bénéfices.

 

Comment faire pour que mon équipe fonctionne en mode équipe et non comme un groupe d’individualités où chacun avance pour lui ?

Qui n’a jamais entendu des réflexions du type : « Il n’y a pas d’entraide dans mon équipe. » ou « Il n’y a pas de motivation » ou « Il n’y a aucune synergie » ou « Il n’y plus de communication »… Le manager est alors inefficace puisque sans énergie positive l’équipe ne produit rien et n’arrive à rien.

Il est heureusement possible d’inverser la vapeur, faut-il aussi en prendre conscience et avoir envie d’agir.

Une équipe est composée d’individus ayant et jouant, plus ou moins inconsciemment, un rôle au sein du groupe : leader, suiveur, procédurier, expert, candide ou arrangeur sont quelques exemples de rôles mis en avant par Lewin, et qu’on retrouve dans beaucoup d’équipes. Tous les individus composant l’équipe ont donc une manière d’être et interagissent avec les autres d’une façon qui leur est propre.

Une équipe où ce sont toujours les mêmes qui parlent, produisent les idées, d’autres qui questionnent, d’autres encore qui suivent ou qui protestent, chacun dans leur rôle, est une équipe sclérosée avec peu de perspectives d’avancement dans ses projets.

Toutes les équipes ont un potentiel de motivation, de créativité et de synergie à condition d’être stimulée pour aller vers plus d’alchimie et faire progresser le groupe.

Le coaching d’équipe, dans le développement de la performance collective, apprend à une équipe à travailler ensemble et différemment. Et ce, même quand il y a des tensions dans le groupe. En agissant sur le processus d’interactions entre les individus, tous les acteurs sont amenés à trouver une solution dans l’intérêt de tous.

Le coaching d’équipe conduit à de nouveaux comportements et de nouvelles stratégies au service du collectif.

Comment cela se passe ?

Le coach d’équipe observe, comprend les interactions habituelles du groupe, voit les rôles joués par chacun puis entre en scène et déclenche de nouveaux comportements dans le sens de la dynamique du groupe, il recherche l’alchimie pour faire progresser l’équipe.

Entre intervention en réunion et travail en atelier le coach d’équipe agit sur la forme, jamais sur le fond. L’équipe reste maîtresse de son sujet et apprend à tirer partie de tous les acteurs au bénéfice de l’objectif commun, quel qu’il soit.

Le coaching d’équipe est remarquablement efficace pour conduire au succès car il prend en compte le bien-être global du groupe.

Crédit Photo : Pascal Swier