Tag

coaching individuel

Browsing

La perte de confiance en soi n’est pas une fatalité et la regagner est possible si l’on s’en donne les moyens.

Cette perte de confiance en soi peut avoir plusieurs causes.

Dans le monde professionnel, la non reconnaissance de son travail par sa hiérarchie, le harcèlement moral, la perte de sens dans son travail, le trop plein de stress… peuvent conduire, insidieusement à un manque, puis une perte totale de confiance dans ses capacités à réussir, à entreprendre, à réfléchir ou juste à comprendre.

Bien sûr, la perte de repère dans la sphère professionnelle fait tâche d’huile sur la vie privée et peut retenir les personnes qui en sont victimes, de se lancer dans des projets dans le cadre familial.

C’est comme cela que la plupart des coaches se trouvent régulièrement face à des clients leur disant : « Je suis nul(le). », « Je suis bon(ne) à rien. », «Je n’arriverai jamais à rien. », « Je ne sais rien faire. »… Ces propos peuvent être tenus par des salariés à tous les niveaux de la hiérarchie ;  les managers et les dirigeants ne sont pas épargnés.

Il s’agit alors d’entreprendre tout un travail de reconquête, qui commence par l’estime de soi, souvent tombée bien bas.

C’est souvent dans son passé, que le client détient les premières clés de ce travail sur soi. Il a déjà vécu des expériences positives, des succès, des moments de grande satisfaction et d’accomplissement de soi, qui, transposées dans le présent, lui montrent qu’il est capable de revivre de tels moments puisqu’il les a déjà vécus.

Dans un deuxième temps, une réflexion sur ses valeurs et ses drivers, va lui permettre de mieux de se connaître et se reconnaître, et de mieux comprendre sa façon de réagir face à tous  types de situations.

La connaissance de soi est essentielle pour atteindre l’estime de soi, puis la confiance. Bien souvent les personnes en panne de confiance ont fini par s’oublier complètement. Là où auparavant, elles savaient comment trouver une solution,  s’attaquer à un nouveau projet, elles se retrouvent perdues, ne sachant comment s’y prendre et doutant de leurs compétences.

Un travail sur les besoins du client est aussi nécessaire. Se recentrer sur lui-même et réfléchir à ce dont il a besoin dans son travail pour retrouver la confiance est un passage obligé.

Se pose alors la question des possibilités qui s’offrent à lui pour satisfaire ses besoins non assouvis. A-t-il la main pour faire changer les choses dans son travail ? Si oui, que peut-il faire ? par où peut-il commencer ?…

Si non, doit-il rester ? Peut-il partir ? S’il peut partir,  que peut-il faire ? S’il ne peut pas partir, comment assumer ce choix ? Comment assouvir ses besoins malgré tout ?

Aider le client à passer en revue ses besoins dans sa vie privée va lui permettre d’avancer davantage. Ces besoins sont aussi très importants car ils sont le socle de tout le reste. Dans le cas qui nous intéresse, ils sont souvent occultés. Or, se poser la question de ses besoins et de constater s’ils sont atteints ou non, ouvre des perspectives et fait prendre confiance de l’oubli de soi.

Le client chemine avec l’aide du coach dans son parcours et, séance après séance, il regagne la confiance en lui grâce a un travail en profondeur dans lequel il s’attarde, point par point, sur tout ce qui constitue sa personnalité.

Il grandit pendant ce cheminement, apprend ou réapprend à se connaître et à gérer ses émotions.

Confiance et estime de soi sont intimement liées ; se faire coacher pour les trouver ou les retrouver est toujours une bonne décision.

Après quatre jours intensifs de formation en LEGO® SERIOUS PLAY®, ma vision de l’animation d’ateliers d’équipe a radicalement évolué !

La méthode LEGO ® SERIOUS PLAY ® fait partie de ces expériences qu’il faut vivre pour en comprendre toute la portée.

Lancée au Danemark en 2001 par Robert Rasmussen, cette méthode s’appuie sur la puissance du «  Savoir par les mains ».

Nos mains sont connectées à 70 – 80% avec nos cellules cérébrales.

Grâce aux neurosciences, nous savons que nos mains sont connectées à 70 – 80% avec nos cellules cérébrales. Ainsi, si notre cerveau reste limité dans le nombre d’informations qu’il peut traiter en même temps de façon consciente, nous savons en fait bien plus que ce que nous croyons savoir, quand nous mettons à contribution toutes les connexions neuronales présentes dans nos mains !

Quand on utilise ses mains pour apprendre, un processus complexe s’amorce et génère une intense charge émotionnelle, nous entrons alors dans un état de flow (voir article http://www.happyjobandlife.com/livresse-du-flow/) qui permet une grande concentration et le lâcher prise. Non seulement les idées et les réflexions que nous construisons avec nos mains deviennent plus explicites, mais celles-ci deviennent plus faciles à comprendre et à se remémorer.

Tous les participants sont sur un même pied d’égalité.

Une autre grande valeur véhiculée par la méthode réside dans le fait que tous les individus composant l’équipe, quelque soit leur niveau hiérarchique dans l’entreprise sont tous placés au même niveau les uns des autres ; sur un même pieds d’égalité. La créativité et les explications de chacun sont écoutées sans jugement par tous. Les participants gagnent en clarté et en compréhension sur l’identité et la dynamique de leur organisation. Chacun est légitime dans la prise de décision globale.

LEGO® SERIOUS PLAY® pour résoudre des problèmes complexes.

La force de la méthode LEGO® SERIOUS PLAY® est de pouvoir résoudre des questions complexes où chaque membre de l’équipe apportera des réponses différentes et toutes valables pour parvenir ensuite à une réponse collective.

Dans LEGO® SERIOUS PLAY® il y a le mot sérieux ! Ce qui, de prime abord, peut faire sourire, permet aussi de prendre des décisions stratégiques. De grands groupes et multi nationales ont déjà fait confiance à la méthode comme Google, Airbus, la Société Générale ou la MACIF, entre autres.

Ces grandes entreprises ont compris qu’il fallait aller au-delà de la description orale de l’idée : la construire et la visualiser aide à la compréhension, la représentation et à la mise en place.

Quelque soit la taille de l’entreprise, le dirigeant ou le manager qui souhaite utiliser la méthode LEGO ® SERIOUS PLAY ® est tourné vers l’engagement maximum de son équipe. La méthode permet de mobiliser 100% de l’attention et de la participation de chaque participant. Et vous ? Etes-vous prêts ?

Avez-vous déjà vécu l’expérience du coaching ? Vous êtes-vous déjà posé la question de ce que le coaching pourrait vous apporter ?

Qu’est-ce que le terme coaching exprime pour vous ?

Même si le mot « coaching » provient de la langue anglaise, nous sommes loin de l’image sportive qu’elle véhicule.

Pourtant, lors d’un processus de coaching, vous êtes bousculé et poussé dans vos retranchements, pour aller puiser au fond de vous-même, les ressources qui sommeillent en vous.

Le coach professionnel sera un moteur pour vous pousser au changement.

Bien sûr ce changement ne peut avoir lieu que si vous le voulez et en ressentez le besoin.

S’il faut souffrir dans le sport pour finalement en sentir les bienfaits sur votre corps, il en va tout autrement dans un coaching professionnel où votre remise en question sera puissante mais indolore puisque progressive et étalée dans le temps.

Comment expliquer ce changement qui s’opère et qui vous transforme tout au long d’un processus de coaching ?

Comment comprendre sans l’avoir vécu tout ce que cela peut apporter et changer dans sa vie ?

Seule une personne qui a vécu l’expérience peut témoigner de ce que cela lui a apporté.

Les deux témoignages ci-dessous sont éloquents puisqu’ils émanent de deux personnes qui sont arrivées en séance de coaching avec deux problématiques bien distinctes et très prégnantes dans leur quotidien aussi bien professionnel que personnel.

CL : « J’ai été agréablement surprise par le concept. Je voulais être plus zen au travail, j’avais essayé beaucoup de choses mais rien n’y faisait. La coach m’a fait voir le problème sous un autre angle et m’a aidée à appréhender les choses autrement. Les conseils qu’elle m’a donnés m’ont permis d’atteindre mon objectif et bien plus encore car je constate que je les applique également dans mon quotidien. « Coach » est vraiment le terme adapté car elle vous pousse à donner le meilleur de vous. »

CL est venue me voir pour un problème de stress avec de nombreux facteurs de stress externes et contre lesquels elle ne pouvait lutter si ce n’est en démissionnant (possibilité écartée dès la première séance) ou en vivant avec et en transformant ces émotions négatives et destructrices en énergie positive.

CL a essayé plusieurs méthodes avant de commencer son processus de coaching. Quand CL a compris qu’il ne servait à rien de lutter contre le stress mais qu’il fallait apprendre à le dompter pour mieux le gérer, elle a gagné en bien-être et en sérénité sans, pourtant, éliminer les facteurs de stress.

SM : « Expérience plus qu’agréable, une jolie réussite pour ma part. La santé, la bonne humeur et la connaissance de soi est primordial pour son bien être personnel ainsi que professionnel. Les séances de coaching m’ont permis de retrouver goût et envie à tout cela. »

La problématique de SM était toute autre. Elle souhaitait entreprendre une reconversion professionnelle complète alors qu’elle avait perdu le sens dans son travail. Proche du brown out, elle n’avait plus de goût à travailler et agissait comme un robot.

Rapidement SM a fait le constat que ce n’était pas son métier qu’elle devait changer mais l’environnement dans lequel elle le pratiquait. Sans avoir suivi ce processus de coaching SM aurait certainement pris une décision non adaptée à son réel besoin. Maintenant SM a repris la main sur son avenir. Elle sait où elle va et comment elle veut travailler. Elle est en train de tout mettre en place pour y parvenir et à retrouver du sens à son action professionnelle.

Ces deux exemples montrent la puissance du coaching dans la poursuite et l’atteinte d’un objectif. Le coaching ouvre les yeux de la personne qui le suit et la conduit au bien-être.

Essayez et vous verrez !

Photo by Volkan Olmez on Unsplash

Quelle est donc cette population d’adultes dont on parle de plus en plus et qui fait couler beaucoup d’encre ? On les appelle les zèbres, les surdoués, les hauts potentiels, les atypiques…

Doués d’une intelligence hors norme, les surdoués représentent 2,1% de la population et ont un QI supérieur à 130.

Si certains connaissent leur particularité depuis l’enfance d’autres le découvrent à l’âge adulte et contrairement aux idées reçues, la douance n’est pas forcément un cadeau.

 Etre surdoué, c’est d’abord et avant tout une façon d’être intelligent, un mode atypique de fonctionnement intellectuel, une activation des ressources cognitives dont les bases cérébrales diffèrent et dont l’organisation montre des singularités inattendues. Jeanne Siaud Facchin

Leur intelligence diffère de la norme qualitativement plus que quantitativement bien que la mesure du QI nous induise en erreur depuis des décennies. Jeanne Siaud-Facchin, psychologue clinicienne, spécialisée dans le suivi des hauts potentiels et auteure du livre « Trop intelligent pour être heureux », l’exprime de la façon suivante : « Etre surdoué, c’est d’abord et avant tout une façon d’être intelligent, un mode atypique de fonctionnement intellectuel, une activation des ressources cognitives dont les bases cérébrales diffèrent et dont l’organisation montre des singularités inattendues. »

Les neurosciences ont permis de mieux comprendre le fonctionnement cérébral de ces drôles de zèbres. On constate une vitesse accélérée de transmission de l’information entre les neurones, une meilleure connectivité et une hyperactivité permanente.

Ces particularités, découvertes dans le cerveau des surdoués, ont aussi conduit à mieux comprendre leurs capacités cognitives et émotionnelles, ainsi que celles d’action et de perception, bien spécifiques chez eux.

On retrouve d’ailleurs des points communs chez les surdoués : l’hypersensibilité, la rapidité de traitement des informations, des automatismes de pensée, l’hypercontrôle pouvant conduire à des pensées obsédantes, une hyperconscientisation du monde qui l’entoure et une réceptivité sensorielle exacerbée.

Quand ils sont détectés à l’âge adulte, les hauts potentiels sont souvent surpris par cette information qui leur tombe dessus. Ils peuvent avoir du mal à y croire tellement ils ne se sentent pas si intelligents que veulent bien le dire les tests qu’ils viennent de passer. Ils sont malgré tout soulagés car, d’un seul coup, tout devient limpide et ils peuvent enfin mettre des mots sur ce qu’ils ressentent et vivent depuis des années. Si certains ont parfois des soupçons que les résultats ne font que conforter, pour tous il y a un avant et un après cette révélation.

L’accompagnement de ces adultes atypiques est souvent souhaitable voire nécessaire. Le ou la psychologue ayant réalisé les tests sera toujours la première personne en contact avec le surdoué tout nouvellement révélé. C’est elle qui lui fera passer les tests et qui lui en révèlera et expliquera les résultats. Elle sera peut-être amener à le suivre si c’est le choix de son patient.

Il existe aussi une autre alternative pour les hauts potentiels adultes : le coaching. Et je pense en particulier au coaching professionnel. Qu’ils aient l’impression de perdre leur temps en réunion, d’avoir 10 idées à la minute sans pouvoir en concrétiser aucune, se sentir en décalage avec leurs collègues ou leur direction, s’ennuyer, avoir envie de changer de poste très souvent… ils sont sur un terrain professionnel avec une demande bien spécifique. Le ou la coach, sensibiliser à leur particularité, pourra les accompagner jusqu’à l’atteinte de leur objectif tout en profitant pleinement de leur atypisme, en capitalisant sur leur extraordinaire potentiel et en canalisant davantage leur énergie émotionnelle.

Etre un haut potentiel dans une organisation n’est pas forcément simple mais quand la douance est exploitée consciemment par l’individu qui en est doté, elle devient un atout surpuissant pour lui-même et pour son entreprise.

Ils ont l’idée du siècle, la recette miracle qui va changer nos vies, ils sont à bloc et super motivés… Même si certains prennent le temps de la réflexion avant de se lancer, il y en a qui foncent tête baissée dans l’aventure. Certains réussissent très vite, d’autres pivotent plusieurs fois avant d’y arriver, d’autres encore échouent et ils sont majoritaires, 80% des entreprises ne survivent pas et ferment leurs portes 18 mois seulement après leur création.

Trois situations où le coaching est plus que souhaitable, car quelle qu’elle soit, chacune de ces situations induit des changements importants dans la vie de celui qui les subit. En bien ou en mal, il faut pouvoir encaisser et cela n’est pas à la portée de tout le monde. 10 à 20% des startuppers présenteraient des signes de « pré-burn out ». Souvent absorbés dans et par leur projet ils en oublient l’essentiel.

Situation N°1 : la startup est lancée et elle prend rapidement de l’ampleur.

Le ou les fondateurs sont galvanisés par la réussite. Ils ne comptent plus leurs heures passées à travailler, ils vivent et respirent pour leur projet. Ils lèvent des fonds et l’équipe de départ devient vite un lointain souvenir. Ils grossissent de façon exponentielle. Partis à 4 ou 5, ils sont 20 au bout d’un an puis 100 à la fin de la deuxième année.

Quand ils se retournent sur le chemin parcouru, ils font le constat des changements vécus et se posent des questions sur ce qui a changé depuis le début et ce qu’il va advenir dans les mois et les années à venir si la société continue de croitre. Quoi qu’il arrive et quelle que soit la personnalité des fondateurs, tous vivent un changement spectaculaire car c’est tout le système de départ qui est impacté : l’ambiance, les relations humaines, la taille des bureaux, le management, le pression de la réussite…

Comment résister aux changements imposés, savoir les vivre au mieux et en profiter pleinement ?

Situation N°2 : la startup a du mal à décoller et pivotent plusieurs fois.

Le premier projet ne fonctionne pas, il n’y a pas de marché, les banques boudent, alors les créateurs pivotent, changent de projet, imaginent un autre concept et recommencent plusieurs fois.

Ce genre de situation peut s’éterniser et durer des mois pour enfin tomber juste ou alors échouer.

Ceux qui vivent cette situation soufflent le chaud et le froid. Ils passent par toutes les émotions : l’euphorie quand ils croient tenir la solution, la désillusion quand ils constatent que cela ne marche pas, l’espoir de repartir sur un nouveau projet… Les montagnes russes émotionnelles disent certains.

Comme les précédents, ceux qui vivent cette situation travaillent sans compter, mais ont souvent l’impression d’avoir utilisé leur énergie pour rien et en retirent frustration et démotivation.

Comment retrouver l’envie de recommencer quand on sait que l’on peut encore rater ?

Situation N°3 : le projet échoue et la startup est liquidée.

C’est le pire mais c’est aussi le plus fréquent. Après y avoir cru et avoir tout donné pour son projet et sa startup, le couperet tombe : il faut arrêter.

Entre eux, les individus concernés ont souvent lié des liens très forts dans l’équipe, ils ont consacré beaucoup de temps et d’énergie à leur startup, ils se sont projetés et se retrouvent face à l’échec.

Comment rebondir et retrouver le dynamisme pour construire quelque chose de nouveau, aller de l’avant et tourner la page ?

Individuellement ou en équipe, le coaching permet d’aller de l’avant et de profiter pleinement de son expérience vécue.

En situation de réussite ou d’échec, suivre un processus de coaching devrait faire partie du parcours de tout entrepreneur et à fortiori de tout startupper. L’accompagnement du coach l’aidera à prendre du recul sur son projet, à se poser les bonnes questions et à surmonter et assumer les changements et les transitions qu’il aura à vivre.

Les équipes qui grossissent très vite devraient aussi pouvoir bénéficier d’un coaching de groupe pour être prêtes à accueillir de nouveaux collaborateurs et à mieux appréhender les chamboulements humains et organisationnels que cela implique.

Individuellement ou en équipe, le coaching permet d’aller de l’avant et de profiter pleinement de son expérience vécue.

Pour en savoir plus