Tag

coach’n happy

Browsing

Je partage avec vous l’entrevue que j’ai eue avec Valérie Garrel, coach d’affaires, installée à Montréal depuis 10 ans et spécialisée dans le coaching des HPI (haut potentiel intellectuel) adultes. Je suis entrée en contact avec elle pour avoir son retour d’expérience sur toutes ses années d’accompagnement et de pratique avec ces fameux « zèbres » (dénomination vulgarisée par Jeanne Siaud Fachin pour désigner les HPI).

Après sa certification, la première cliente que Valérie a accompagnée était HPI. Surprise par la quantité d’intérêts divers de sa cliente et sa rapidité intellectuelle, Valérie s’est intéressée au sujet de la douance adulte. Elle s’est beaucoup documentée et a lu le plus de littérature possible disponible à l’époque.

Aujourd’hui, sur son site https://hautpotentielcoaching.com Valérie se déclare être la seule coach d’affaires spécialisée en douance sur Montréal et sa région, et accompagne des HP francophones qui vivent partout dans le monde par Skype interposé.

Son expérience a, depuis bien longtemps, dépassé la théorie et nous éclaire sur la réalité de l’accompagnement de la douance adulte par le coaching.

Happy Job & Life : Quelles sont les problématiques pour lesquels des HP adultes viennent vous voir ? Y a t-il des demandes récurrentes ?

Valérie Garrel : Ils me consultent en général pour des thématiques de carrière ou pour les plus jeunes, des questions liées aux études.

Comment choisir quand tout nous intéresse, comment déterminer si un poste, un métier, une thèse va encore nous intéresser dans 6 mois ou 1 an ?

Ou encore, comment, dans le cadre d’un changement de poste, ne pas reproduire les mêmes erreurs dans mon nouvel environnement ; donc comment apprendre à mieux communiquer avec le reste du monde qui, statistiquement, a des chances d’être neuro-typique…

Les thèmes les plus fréquents sont donc la carrière et les relations aux autres.

HJ&L : Les HP adultes qui viennent vous voir ont-ils déjà été ou sont-ils suivis par un psychologue ? (Sans parler des RDV nécessaires qui permettent de faire le diagnostic.) 

VG : Pas de règle sur ce point. Certains l’ont été ou le sont encore en parallèle. Certains ne l’ont jamais été car ils n’en ressentent pas le besoin.

La douance n’est pas une pathologie, c’est une différence.

Ce qu’il peut y avoir à gérer en psychothérapie c’est l’incompréhension de l’écart entre moi et les autres (et les souffrances qui en découlent), la quête identitaire (être extraterrestre, être différent mais vouloir être comme les autres. Et des problématiques psy de tout un chacun (dépression, personnalités limites, estime de soi, croissance personnelle…).

Je pense que le suivi par les psy ou neuropsy peut en revanche être salutaire dans le cas des enfants ou ados en souffrance psychologique, idéalement assez tôt dans leur parcours pour dédramatiser leur différence et faire qu’ils y voient du beau plutôt qu’un fardeau.

Toutefois, il ne faut jamais oublier dans notre intervention la grande différence entre psychothérapie et coaching et je réfère systématiquement à un professionnel de la thérapie quand je sens que les souffrances sont trop importantes ou les blessures trop ancrées. Chacun son métier !

HJ&L :J’imagine que vous avez déjà coaché des individus qui ne sont pas surdoués. Si on se place uniquement dans la sphère de la pratique du coaching, quelles sont, selon vous, les spécificités d’un coaching de HP ?

VG : Les spécificités sont le contenu (très profond, très précis) et la vitesse d’intervention. Ils vont plus vite à cheminer et à tirer leurs propres conclusions ; on ne tourne pas autour du pot, les sous-entendus sont entendus, tout simplement. Et personnellement j’ai pris la posture de tout leur expliquer : ma démarche, leur fonctionnement, le fonctionnement des autres. C’est passionnant pour eux, ils avancent plus vite et cela m’oblige à me documenter un peu plus.

J’ai aussi fait le constat que les deux questions principales qui reviennent souvent chez les HP adultes sont :

1 – de décider ou non de faire le diagnostic pour ceux qui ne l’ont pas encore fait. Ce diagnostic n’est pas une exigence en coaching.

2 – de faire leur coming-out quand ils découvrent qu’ils sont HPI : le dire ou pas avec la crainte de changer le regard des autres.

HJ&L : Utilisez-vous des outils particuliers pour eux ? Avez-vous constaté que certains outils ne fonctionnent pas ou pas bien ? En avez-vous créé ou adapté certains ?

VG : Les quelques outils que j’utilise fonctionnent aussi bien avec les atypiques qu’avec les neuro-typiques et je n’ai pas eu pour l’instant à en développer d’autres mais on sait peu de choses encore du spectre de la douance. Il n’est pas impossible que je découvre par ma pratique empirique, sur le nombre, des tendances m’amenant à reconsidérer mes méthodes d’intervention à l’avenir.

HJ&L : La durée et le rythme des séances sont ils différents avec les HP ?

VG : Je pars sur des forfaits de 6 à 10 séances. Il n’est pas rare que le processus de coaching se termine en 6 séances car les surdoués cheminent vite et peuvent atteindre rapidement leur objectif. En revanche les séances ne sont pas plus courtes : au contraire. Ils ont souvent beaucoup de choses à raconter et je prends le temps qu’il faut pour les écouter.

HJ&L : On peut lire que les surdoués seraient mieux accompagnés par un coach HP. Qu’en pensez-vous ?

VG : Je sais que c’est une idée répandue en effet. Je n’avais pas vraiment d’avis arrêté sur ce point jusqu’à ce que mes clients eux-mêmes me disent qu’ils avaient eu pour certains de la difficulté avec des psychologues ou coaches pour qui la douance n’était que théorique. Je pense que le coach HP est essentiellement bien plus à même de s’adapter à des discussions décousues et partant dans tous les sens et au rythme de la discussion et de la progression (bien plus rapide dans le cas des atypiques). Ma réponse serait donc plutôt oui à ce jour.

Elle-même HPI, c’est avec clairvoyance que Valérie accompagne ses clients. Elle prend du temps pour leur expliquer le fonctionnement de leur cerveau et leurs relations aux autres. Ils se sentent enfin compris.

Crédit photo : Janko Ferlik sur Unsplash

Quelle est donc cette population d’adultes dont on parle de plus en plus et qui fait couler beaucoup d’encre ? On les appelle les zèbres, les surdoués, les hauts potentiels, les atypiques…

Doués d’une intelligence hors norme, les surdoués représentent 2,1% de la population et ont un QI supérieur à 130.

Si certains connaissent leur particularité depuis l’enfance d’autres le découvrent à l’âge adulte et contrairement aux idées reçues, la douance n’est pas forcément un cadeau.

 Etre surdoué, c’est d’abord et avant tout une façon d’être intelligent, un mode atypique de fonctionnement intellectuel, une activation des ressources cognitives dont les bases cérébrales diffèrent et dont l’organisation montre des singularités inattendues. Jeanne Siaud Facchin

Leur intelligence diffère de la norme qualitativement plus que quantitativement bien que la mesure du QI nous induise en erreur depuis des décennies. Jeanne Siaud-Facchin, psychologue clinicienne, spécialisée dans le suivi des hauts potentiels et auteure du livre « Trop intelligent pour être heureux », l’exprime de la façon suivante : « Etre surdoué, c’est d’abord et avant tout une façon d’être intelligent, un mode atypique de fonctionnement intellectuel, une activation des ressources cognitives dont les bases cérébrales diffèrent et dont l’organisation montre des singularités inattendues. »

Les neurosciences ont permis de mieux comprendre le fonctionnement cérébral de ces drôles de zèbres. On constate une vitesse accélérée de transmission de l’information entre les neurones, une meilleure connectivité et une hyperactivité permanente.

Ces particularités, découvertes dans le cerveau des surdoués, ont aussi conduit à mieux comprendre leurs capacités cognitives et émotionnelles, ainsi que celles d’action et de perception, bien spécifiques chez eux.

On retrouve d’ailleurs des points communs chez les surdoués : l’hypersensibilité, la rapidité de traitement des informations, des automatismes de pensée, l’hypercontrôle pouvant conduire à des pensées obsédantes, une hyperconscientisation du monde qui l’entoure et une réceptivité sensorielle exacerbée.

Quand ils sont détectés à l’âge adulte, les hauts potentiels sont souvent surpris par cette information qui leur tombe dessus. Ils peuvent avoir du mal à y croire tellement ils ne se sentent pas si intelligents que veulent bien le dire les tests qu’ils viennent de passer. Ils sont malgré tout soulagés car, d’un seul coup, tout devient limpide et ils peuvent enfin mettre des mots sur ce qu’ils ressentent et vivent depuis des années. Si certains ont parfois des soupçons que les résultats ne font que conforter, pour tous il y a un avant et un après cette révélation.

L’accompagnement de ces adultes atypiques est souvent souhaitable voire nécessaire. Le ou la psychologue ayant réalisé les tests sera toujours la première personne en contact avec le surdoué tout nouvellement révélé. C’est elle qui lui fera passer les tests et qui lui en révèlera et expliquera les résultats. Elle sera peut-être amener à le suivre si c’est le choix de son patient.

Il existe aussi une autre alternative pour les hauts potentiels adultes : le coaching. Et je pense en particulier au coaching professionnel. Qu’ils aient l’impression de perdre leur temps en réunion, d’avoir 10 idées à la minute sans pouvoir en concrétiser aucune, se sentir en décalage avec leurs collègues ou leur direction, s’ennuyer, avoir envie de changer de poste très souvent… ils sont sur un terrain professionnel avec une demande bien spécifique. Le ou la coach, sensibiliser à leur particularité, pourra les accompagner jusqu’à l’atteinte de leur objectif tout en profitant pleinement de leur atypisme, en capitalisant sur leur extraordinaire potentiel et en canalisant davantage leur énergie émotionnelle.

Etre un haut potentiel dans une organisation n’est pas forcément simple mais quand la douance est exploitée consciemment par l’individu qui en est doté, elle devient un atout surpuissant pour lui-même et pour son entreprise.

Le coaching d’équipe est l’accompagnement du développement de la performance collective d’une équipe, de façon suivie et mesurée, afin que le résultat opérationnel de l’ensemble dépasse largement le potentiel de la somme de ses membres.

Parmi toutes les définitions du coaching d’équipe, celle que je préfère est celle d’Alain Cardon*, coach certifié et auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet, qui dit :  « Le coaching d’équipe est l’accompagnement du développement de la performance collective d’une équipe, de façon suivie et mesurée, afin que le résultat opérationnel de l’ensemble dépasse largement le potentiel de la somme de ses membres. Ceux-ci doivent clairement vivre leur équipe à la fois comme un véhicule de performance exceptionnel et comme un creuset de développement individuel et collectif. »

Cette définition nous renvoie à l’implication et l’engagement attendus de chacun des participants à un coaching d’équipe. Cet engagement conduit à la notion d’intérêt et de sens que chacun place dans son entreprise.

Différentes méthodes et différents outils existent pour tirer le meilleur d’une équipe et la conduire à la performance collective. Il en est une particulièrement adaptée à la notion de bien-être en entreprise : c’est l’Appreciative Inquiry qui peut être utilisée dans des groupes de tailles variées, du plus petit comme un service par exemple, au plus grand comme une société toute entière.

Ce qui pourrait-être traduit par « enquête valorisante », est une méthodologie de conduite du changement qui est née aux Etats-Unis dans les années 80 et qui s’est fortement développée jusque dans les années 90 avant de s’étendre dans le monde.

Cette approche a pris ses racines dans la science de la psychologie positive qui consiste à étudier et à renforcer les émotions positives qui permettent de devenir de meilleurs êtres humains, tout en éprouvant une plus grande joie de vivre. Les principaux référents en la matière sont Martin Seligman et Mihaly Csíkszentmihályi, fondateurs du Réseau de Psychologie Positive à la fin des années 90.

Chaque entreprise a quelque chose qui fonctionne bien, lui donne vie, efficacité et lui assure des succès.

L’appréciative Inquiry a pour premier postulat, selon Jean Pagès**, importateur de l’Appreciative Inquiry en France, que chaque entreprise a quelque chose qui fonctionne bien, lui donne vie, efficacité et lui assure des succès. Et c’est ce noyau de réussite qui sert de point d’appui énergisant et inspirant pour l’élaboration de nouveaux projets.

Alors comment les participants à ce type de coaching d’équipe, évoluent d’une situation neutre ou de mal-être vers un sentiment individuel et collectif de mieux-être voire de bien-être.

Cette méthode repose en tout premier lieu sur l’art de poser des questions inconditionnellement positives lors d’interviews de découverte réalisées en duo.

Si être positif n’est pas nier en bloc tout ce qui est négatif, c’est se mettre en ordre de marche, en ouverture vers un avenir meilleur. L’exercice peut être complexe pour certains, mais l’expérience montre que nous avons tous vécu des moments de succès, de plaisir ou d’exaltation dans notre vie professionnelle.

Dans ses diverses interventions d’Appreciative Inquiry en coaching d’équipe en entreprise, Jean Pagès a constaté de façon systématique, que les questions positives engendrent des émotions positives, de la confiance et qu’elles stimulent le système qui peut développer son potentiel.

Au-delà du questionnement positif, c’est l’ensemble de la démarche Appreciative Inquiry qui se veut positive. Le circuit suivi par une équipe dans le processus de l’Appreciative Inquiry, se déroule en 5 étapes, les 5 « D » qui sont toujours les mêmes quelque soit la problématique :

  1. La Définition qui permet de définir une orientation générale, un projet positif, fortement mobilisateur d’où partira tout le processus Appreciative Inquiry.
  2. La Découverte (Discovery) : passe au crible les réussites, les talents, les compétences et les ressources.
  3. Le Devenir (Dream) : qui répond à la question « Qu’est-ce que cela pourrait être ? ». Le terme Dream en anglais, traduit par rêve est encore plus parlant : « De quoi rêvons-nous pour notre organisation ?
  4. La Décision (Design) permet d’imaginer un prototype innovant en gardant à l’esprit : « Comment cela sera ».
  5. Le Déploiement (Destiny) qui correspond à la mise en action et répond à la question « Qu’allons-nous faire ? ».

L’intérêt de cette approche est qu’elle permet de faire participer de très grands groupes voire une société entière, par l’activation de groupes de pilotage, de sous-groupes et de groupes et par un système de rapporteurs permettant de faire remonter les travaux effectués dans tous les groupes.

En démarrant par des duos, où chaque participant endosse le rôle de celui qui pose des questions et de celui qui y répond, puis en remontant dans des petits groupes puis des groupes plus grands, chacun a son mot à dire. Cela constitue un climat de confort et de sécurité pour l’expression ainsi que l’écoute des expériences et des propositions de chacun. Les témoignages individuels contribuent à la pensée collective.

Il a été observé que cette participation offre une occasion unique aux directions et équipes de dialoguer en direct et de s’apercevoir de la valeur des apports mutuels.

Il a été observé que cette participation offre une occasion unique aux directions et équipes de dialoguer en direct et de s’apercevoir de la valeur des apports mutuels. Bien sûr, ce contact direct permet un respect mutuel souvent mis à mal par l’ignorance des réalités des autres.

Les entreprises ayant suivi ce processus de coaching positif exposent des résultats communs sur les points suivants :

  • la surprise des dirigeants face à la richesse des productions sorties du processus
  • la cohésion, la complicité et l’amélioration de la connaissance de l’autre
  • l’engagement de tous les salariés sur le plan d’actions mis en place, chacun s’étant senti acteur dans la production d’idées.

Directions et collaborateurs y trouvent leur compte et se sentent mieux dans leur entreprise après avoir vécu cette expérience particulière de coaching.

*Cardon, A. (2014) Coaching d’équipe. 2ème ed. Paris : Eyrolles

**Pagès, J. (2014) Le coaching avec la méthode Appreciative Inquiry. 2ème Paris : Eyrolles