Ah bon ?! C’est souvent ce que j’entends : « Je n’ai pas besoin de coaching ; je vais très bien. » Comme on dirait : « Je vous remercie, je n’ai pas besoin d’aller voir un psy. »

Vous voyez le mélange des genres ?

Coach vs psy ? Attention à ne pas confondre : le coach n’est pas un psy et le psy n’est pas un coach.

Le coach n’est pas un psy et pour cause ! On ne fait pas d’études de psychologie pour devenir coach.

Bien sûr il y a des psychologues qui deviennent coachs et vise versa, mais en grande majorité, ce n’est pas le cas.

Le coach travaille sur l’ici et maintenant pour accompagner son client à atteindre un objectif dans un futur proche ; il va finalement peu s’intéresser au passé de son client si ce n’est pour en tirer ce qui est positif et qui pourrait être reproductible et intéressant pour atteindre son objectif.

Le psychologue va davantage s’intéresser au passé de son patient pour l’aider à comprendre son mal-être actuel.

La personne qui s’adresse à un psychologue vient pour résoudre un problème alors qu’elle va voir un coach pour atteindre un objectif en réponse à une problématique. Une problématique n’a pas nécessairement une connotation négative et l’objectif à atteindre peut tout à fait être le moyen de renforcer une compétence, d’être meilleur dans un domaine spécifique comme la communication par exemple. La demande de la personne coachée n’est donc pas toujours liée à un malaise ou un manque de…

Autre différence de taille le coach à des clients alors que le psychologue voit des patients, mot qui vient du latin « patior », qui signifie souffrir.

Un psychologue va pouvoir prendre en charge une personne en état de burn-out alors que le coach intervient avant tout état dépressif : s’il décèle la moindre difficulté chez son client d’ordre pathologique il passe la main à un thérapeute et cela n’est plus de son ressort.

Ceci étant dit, remettons-nous dans un contexte professionnel.

N’est-il pas intéressant pour un dirigeant ou un manager de travailler sur la performance de son management, sa communication avec son équipe, son leadership, sa prise de parole en public…

Toutes les personnes qui ont suivi un coaching racontent les changements que cela a opéré chez elle. Ces changements sont notables dans leur vie professionnelle comme dans leur vie personnelle. Elles ont appris à mieux se connaître pour mieux appréhender la ou les situations qu’elles souhaitaient améliorer.

Il se trouve que si le coaching s’est démocratisé et est passé dans les mœurs depuis longtemps dans les grandes entreprises et plus particulièrement à Paris et en Région Parisienne, ce n’est pas encore le cas dans de nombreuses villes de province. Pourtant les besoins d’un dirigeant ou d’un manager restent les mêmes dans toutes les villes de France. Je fais le constat que les mentalités évoluent lentement mais surement et que petit à petit, je n’aurai plus à faire face à : « Tout va bien merci. Je n’ai pas besoin d’un coaching… »

Crédit photo Ryoji Iwata sur Unsplash

Write A Comment